YOGA

& TROUBLES DE L’ADDICTION

Pourquoi utiliser le yoga en cas de troubles de l’addiction ?

Le yoga serait une approche prometteuse dans le cas des troubles de l’addiction [1], même si les études sont encore rares.

 

Yoga et dépendance à la nicotine

Dans une étude sur les personnes dépendantes à la nicotine, après cinq semaines de séances hebdomadaires, la motivation à arrêter avait considérablement augmenté, avec 65 % des participants au stade de la contemplation. Dans une autre étude, 95 % des participants rapportaient que le yoga, en réduisant leur sensation de manque, les aidait à limiter leur consommation de tabac; 65 % d’entre eux avaient totalement arrêté le tabac pendant les six jours d’intervention.

 

Yoga et alcool

Dans une autre étude, cette fois sur des personnes souffrant de stress post-traumatique et consommant de l’alcool, douze séances de yoga conduisaient à une réduction significative des symptômes comparé au groupe contrôle, selon les échelles “Alcohol Use Disorders Identification” (AUDIT) et “Drug Use Disorders Identification” (DUDIT).

 

Yoga et opioïdes

Enfin, pour ce qui est de l’addiction aux opioïdes, une étude n’a pas relevé de différence significative entre les personnes ayant suivi des cours de yoga et ceux ayant participé à une psychothérapie de groupe traditionnelle. Une autre a montré, 6 mois après l’intervention, une amélioration significative de l’humeur et de la qualité de vie par rapport aux traitements habituels en hôpital.

Chiffres clés tirés des études

Dans une étude sur l’abus d’alcool et de drogue chez des femmes souffrant de stress post-traumatique [2], 69 % des participantes ont rapporté moins remarquer leurs symptômes de trouble de stress post-traumatique après douze séances de yoga (pas de changement pour le groupe témoin), et 92 % géraient et supportaient mieux leur situation (9 % dans le groupe témoin).

Si vous souhaitez pratiquer seul

La revue de Khanna et Greeson [3] propose des exercices de méditation adaptés au cercle vicieux du manque.

  • Lorsque surviennent les déclencheurs habituels de la consommation (stress,émotions négatives etc.), pratiquer l’observation de trois grandes respirations (pranayama).

  • Lorsque survient la sensation de manque, se concentrer sur la cause de ce manque plutôt que d’être dans la réaction.

 

Pour affermir l’estime de soi, qui souffre souvent dans les situations d’addictions, les postures d’ouverture et d’équilibre sont recommandées. Voir la fiche « anxiété, troubles affectifs, états dépressifs » pour des exemples concrets. Les mantras personnels peuvent également être intéressants : simplement, s’asseoir et se répéter, par exemple « Je me suffis » ou toute autre phrase qui vous parle, est une pratique puissante, qui redonne confiance et à laquelle vous pouvez revenir chaque fois que vous vous sentez mal dans votre peau ou dépassé par vos pensées ou envies.

Bibliographie

[1] Kuppili, P. P., Parmar, A., Gupta, A., Balhara, Y. P. S. (2018). « Role of Yoga in Management of Substance-use Disorders : A Narrative Review ». Journal of Neurosciences in Rural Practice, 9(1), 117-122. [2] Reddy, S., Dick, A. M., Gerber, M. R., Mitchell, K. (2014). « The Effect of a Yoga Intervention on Alcohol and Drug Abuse Risk in Veteran and Civilian Women with Posttraumatic Stress Disorder ». The Journal of Alternative and Complementary Medicine, 20 (10), 750-756. [3] Khanna, S., Greeson, J. M. (2013). « A narrative review of yoga and mindfulness as complementary therapies for addiction ». Complementary Therapies in Medicine, 21 (3), 244-252.

  • White Instagram Icon

Contact : 

Address

500 Terry Francois Street

San Francisco, CA 94158

logoAID HD.jpg