TROUBLE DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Qu'est ce que c'est ?

Très fréquent au sein de la population militaire, le trouble de stress post-traumatique affecte près de 10 % des hommes et 18 % des femmes. Il se caractérise par la survenue d’un ensemble de signes et de symptômes apparaissant suite à un événement durant lequel l’individu s’est senti en danger de mort et a ressenti un ensemble d’émotions négatives qui sont généralement de la peur, de l’impuissance et de l’horreur. Le trouble de stress post-traumatique n’apparaît pas systématiquement à la suite d’un traumatisme puisque les individus ne sont pas égaux face à une situation traumatique. En effet, certains facteurs appelés « facteurs de risques », peuvent favoriser l’émergence d’un trouble de stress post-traumatique comme la présence de troubles psychiques (dépression, troubles obsessionnels compulsifs, anxiété, phobies) avant le traumatisme. En revanche, il existe aussi certains facteurs de protection au traumatisme comme un fort soutien social, un sentiment d’autoefficacité (l’individu se sent capable de résoudre une tâche) et la perception d’une bonne cohésion familiale. Le trouble de stress post-traumatique sera considéré comme aigu si les symptômes disparaissent au bout de trois mois. S’ils perdurent au-delà de trois mois, il devient chronique. Pour près d’une personne sur deux, le trouble dure plus d’une année.

Comment se manifeste-t-il? Comment le déceler chez un proche ou chez soi-même?

Tout d’abord, le trouble de stress post-traumatique est caractérisé par la présence d’un syndrome de répétition. L’individu a l’impression de revivre l’événement traumatisant, cela s’accompagne d’un sentiment d’anxiété et d’angoisse. Les reviviscences peuvent se déclencher suite à un stimulus évoquant l’événement traumatique, ou spontanément. Elles peuvent se présenter sous la forme d’hallucinations, d’illusions, de ruminations, de flashs ou de cauchemars.

Très souvent, le trouble de stress post-traumatique est associé à des conduites d’évitement: l’individu évite les stimuli qui lui rappellent l’événement traumatique. Ainsi, il peut éviter de se confronter à certains lieux, situations ou individus qu’il associe à cet événement.

 

Etant donné qu’un même événement ne sera pas perçu de la même manière par un individu donné et que son impact dépendra en partie de la structure psychique initiale de cet individu, certains symptômes non spécifiques peuvent également apparaître:

  • Des manifestations psychosomatiques Elles peuvent se présenter sous la forme de douleurs, de maladies de la peau, de maladies cardiovasculaires, de troubles digestifs…

  • Un état dépressif caractérisé par un sentiment d’abandon, de vide Cela peut conduire à des idées suicidaires, voir à un passage à l’acte.

  • Des troubles émotionnels L’individu est irritable, submergé par la colère ou la tristesse, il n’arrive plus à gérer ses émotions et celles-ci l’envahissent.

  • Des conduites addictives Des comportements de dépendance à l’alcool ou autres substances peuvent apparaître.

Très handicapant, le trouble de stress post-traumatique perturbe de façon considérable la qualité de vie de l’individu. Certaines pratiques complémentaires et alternatives sont très utilisées de nos jours afin d’améliorer certains des symptômes du stress post-traumatique.

LES MÉDECINES DOUCES CONTRE LE STRESS POST TRAUMATIQUE 

  • White Instagram Icon

Contact : 

Address

500 Terry Francois Street

San Francisco, CA 94158

logoAID HD.jpg