MÉDITATION

& TROUBLES DE L’ADDICTION

Pourquoi utiliser la méditation en cas de troubles de l’addiction ?

La méditation de pleine conscience est une technique recommandée en cas d’addiction. Un programme de méditation Pleine Conscience centré sur la prévention de la rechute a été développé. Il s’agit du MBRP (Mindfulness Based Relapse Prevention).

 

L’intérêt de la pleine conscience dans le domaine des addictions est multiple.

  • Elle favorise la prise de conscience des facteurs déclencheurs et des réactions automatisées en lien avec la consommation de substances. Par exemple, plutôt que de réagir automatiquement en consommant face à un déclencheur, le patient va plus facilement prendre conscience de ce déclencheur et être davantage en conscience pour décider de comment il souhaite y répondre efficacement. De cette manière, les patients peuvent progressivement sortir des automatismes et ainsi restaurer le choix de l’action en adoptant un comportement « réfléchi » et conscient plutôt que de réagir automatiquement face à une situation à risques de consommation.

  • Elle améliore également la gestion des envies de consommer. En effet, la pleine conscience met l’accent sur la reconnaissance et l’observation du ressenti « tel qu’il est » tout en encourageant une attitude d’acceptation et de tolérance. En pratiquant la pleine conscience, les patients apprennent donc à « observer les choses telles qu’elles sont » et à « rester avec l’inconfort » lorsqu’il surgit, par exemple, sous la forme d’envies ou d’émotions pénibles.

  • La pleine conscience peut aider à diminuer la tendance de l’esprit à exacerber les états émotionnels négatifs en permettant aux patients de développer un autre type d’attitude, celle de la bienveillance, du non-jugement ainsi que de la compassion envers soi-mêmes. Ce point est essentiel quand on sait combien les personnes souffrant d’addictions sont fréquemment confrontées à la stigmatisation, au blâme, aux sentiments de honte et de culpabilité.

Chiffres clés tirés des études

À ce jour, les recherches scientifiques présentent des résultats encourageants allant dans le sens d’une diminution des envies de consommer ainsi que du risque de rechute [1]. Les données à retenir sont d’abord la faisabilité des programmes de MBRP ainsi que l’appropriation de l’approche chez les consommateurs, et les polyconsommateurs, qui pour une grande partie continue de pratiquer des exercices après le programme [2].

 

Il est observé de surcroît que les symptômes dépressifs qui sont souvent très présents dans la phase de sevrage diminuent avec les envies de consommer [3]. Plus récemment, il a été montré l’importance du programme MBRP pour diminuer les envies de consommer. Ce point est important car il est en soi un important prédicteur de risque de rechute [4].

Enfin, la pratique du MBPR est actuellement considérée comme un des programmes les plus efficaces pour prévenir la rechute.

 

Ainsi, dans une étude comparant le risque de rechute l’alcool et les substances chez les patients entre traitement habituel, prévention de rechute (PR) et MBRP. À six mois, les résultats montrent un risque de rechute nettement moins important pour la PR et le MBRP, que le traitement habituel. À douze mois par contre, le MBPR est le programme le plus efficace pour le risque de rechute comparativement aux deux autres méthodes (PR, traitement habituel) sur les mêmes indicateurs [5].

Si vous souhaitez pratiquer seul

[1] Nallet, A., Briefer, J.-F., Perret, I. (2015). « La pleine conscience dans le traitement des addictions ». Revue Médicale Suisse, 11, 1407-1409 [2] Bowen, S., Chawla, N., Collins, S. E., et al. (2009). « Mindfulness based relapse prevention for substance use disorders : A pilot efficacy trial ». Substance Abuse, 30, 295-305. [3] Witkiewitz, K., Bowen S. (2010). « Depression, craving, and substance use following a randomized trial of mindfulness-based relapse prevention ». Journal of Consulting and Clinical Psychology, 78, 362-374. [4] Witkiewitz, K., Bowen, S., Douglas, H., Hsu, S. H. (2013). « Mindfulness-based relapse prevention for substance craving ». Addictive Behaviors, 38, 1563-1571. [5] Bowen, S., Witkiewitz, K., Clifasefi, S. L., et al. (2014). « Relative efficacy of mindfulness-based relapse prevention, standard relapse prevention, and treatment as usual for substance use disorders : A randomized clinical trial ». JAMA Psychiatry, 71, 547-56.

Il est important de prendre conscience que le programme MBPR est un programme en douze séances. Cette durée est importante car il faut du temps pour modifier les automatismes et stabiliser les nouveaux apprentissages de prise de conscience.

Il est également important de développer des pratiques informelles au quotidien régulièrement. Il n’y a pas de contre-indication à la pratique même intensive des exercices de pleine conscience. Plus vous aurez entraîné votre esprit dans les périodes sans envie, plus les exercices seront utiles dans les moments difficiles où l’envie de consommer est tenace. Développer votre boîte à outils d’exercices de pleine conscience personnels, pour l’avoir toujours avec vous quand la tentation est forte.

Bibliographie

  • White Instagram Icon

Contact : 

Address

500 Terry Francois Street

San Francisco, CA 94158

logoAID HD.jpg